ام كلثوم اغنية الاطلال مترجمة الى الفرنسية Al Atlal

ام كلثوم قصيدة الاطلال مترجمة الى اللغة الفرنسية Al Atlal



« Al Atlal fait partie des vingt plus grandes chansons d’amour de la poésie arabe. C’est en 1966 qu’elle fut interprétée pour la première fois sur une composition de Ryad Essoumbati.Cette chanson a été ecrite par Ibrahim Nadji . Fredonnée par beaucoup d’entre nous qui n’en retenons que quelques bribes, voici le célèbre texte interprété avec brio par la diva , ainsi que sa traduction qui, faut-il l’espérer, lui donnera encore plus d’adeptes en faisant encore mieux apprécier ce chef d’œuvre immortel.

يا فؤادي لا تسل أين الهوى

كان صرحاً من خيالٍ فهوى
إسقني واشرب على أطلالهِ
وارو عني طالما الدمع روى
كيف ذاك الحب أمسى خبراً
وحديثاً من أحاديث الجوى
Ô mon coeur, ne demande pas où est passé l’amour
Il n’était qu’un château de mirages et s’en est allé
Sers-moi et bois en souvenir de ses ruines
Et raconte-moi tant que mes larmes couleront
Comment cet amour est devenu une légende
Et mots (exemplaires) de l’amour passionnel
لست أنساك وقد أغريتني
بفمٍ عذب المناداة رقيق
ويدٍ تمتدُّ نحوي كَيَدٍ
من خلال الموج مُدَّت لغريق
وبريقٍ يظمأُ الساري له
أين في عينيك ذيَّاك البريق
Je ne pourrais t’oublier car tu m’as séduite
Par ta bouche aux appels doux et élégants
Et d’une main qui se tendait vers moi
Telle la main tendue à un naufragé à travers les vagues
Et un éclair qui mettrait le voyageur solitaire en confiance
Y a-t-il semblable à cet éclair venant de tes yeux ?
يا حبيباً زرتُ يوماً أيكهُ
طائر الشوق أُغني ألمي
لك إبطاءُ المُدِلِّ المُنعم
وتجنِّي القادرِ المُحتكم
وحنيني لك يكوي أضلُعي
والتَّواني جمراتٌ في دمي
Ô mon amour, j’ai un jour visité le nid
De l’oiseau du désir ardent pour lui chanter ma douleur
Tu as la nonchalance de l’amoureux généreux
Et la cruauté du puissant qui trône
Pourtant ma tendresse pour toi me brûle les côtes
Et les secondes sont comme des braises dans mon sang
أعْطني حُرِّيتي أطلق يديَّا
إنني أعطيتُ ما استبقيتُ شيئا
آه من قيدِكَ أَدمى مِعصَمي
لِمَ أُبقيه وما أبقى عليَّا
ما احتفاظي بعهودٍ لم تصُنْها
وإلامَ الأسرُ والدنيا لديَّا
Donnes-moi ma liberté et lâches mes mains
J’ai tout donné et il ne me reste plus rien
Ah ! par ton emprise mon poignet saigne
Pourquoi ne pas l’épargner et rester comme je suis
Il ne me reste plus qu’à garder (en souvenir) mes promesses que tu n’as pas respectées
Sinon le monde ne serait pour moi qu’une prison
أين من عيني حبيبٌ ساحر
فيه عزٌ وجلالٌ وحياء
واثق الخطوةِ يمشي مَلكاً
ظالمُ الحُسنِ شهيُّ الكبرياء
عَبِقُ السحرِ كأنفاسِ الرُّبى
ساهمُ الطَرْفِ كأحلامِ المساء
Y a-t-il pareil à mes yeux que mon amoureux qui envoûte
En lui il y a grandeur majesté et pudeur
Il marche comme un ange d’un pas assuré
Injuste envers la bonté et s’inclinant devant les arrogants
Aux parfums ensorcelants comme les essences des fruits
Aux yeux charmeurs tels les rêves du soir
أين مني مجلسٌ أنتَ به
فِتنة تمَّتْ سناءً وسنى
وأنا حُبٌ وقلبٌ هائمٌ
وفراشٌ حائرٌ مِنك دَنا
ومن الشوقِ رسولٌ بيننا
ونديمٌ قدَّم الكأس لنا
De quelle partie en moi tu régentes
La discorde qui va d’étincelle en étincelle
Et moi qui ne suis qu’amour errant
Une couche tourmentée qui se rapproche de toi
Du désir ardent un messager s’est mis entre nous
Un compagnon de boisson (commensal) nous tendit le verre
هل رأى الحب سُكارى مِثلَنا
كمْ بنينا مِن خيالٍ حَوْلنا
ومشينا في طريقٍ مُقمرٍ
تَثِبُ الفرحةُ فيه قَبْلنا
وضَحكنا ضَحكَ طفلين معأً
وغدونا فَسَبقنا ظلَّنا
A-t-il vécu l’amour dans l’ivresse comme nous
Combien de mirages avons-nous construit autour de nous
Nous avons marché sur le chemin éclairé par la lune
Où la joie nous précédait
Et nous avons ri ensemble comme deux enfants
Avons couru et dépassions nos ombres
وانتبهنا بعد ما زال الرحيق
وأَفقْنا ليتَ أنَّا لا نفيق
يقظةٌ طاحت بأحلامِ الكرى
وتولىَّ الليلُ والليلُ صديق
وإذا النورُ نذيرٌ طالعٌ
وإذا الفجرُ مُطلٌ كالحريق
وإذا الدنيا كما نعرفها
وإذا الأحباب كلٌ في طريق
Et nous nous sommes ressaisis quand le nectar fut épuisé
Et nous nous sommes réveillés ah si l’on pouvait ne pas se réveiller
Un réveil qui nous a sortis du rêve de la somnolence
Et la nuit s’empara de nous et la nuit est un compagnon
Alors la lumière éclatante se leva
Alors l’aurore apparut comme un feu
Alors la vie suivit son cours
Alors chaque ami prit son chemin

أيها الساهرُ تَغْفو
تَذْكُرُ العهدَ وتصحو
وإذا ما التأم جُرحٌ
جدَّ بالتَذكارِ جُرحُ
فتعلَّم كيف تنسى
وتعلَّم كيف تمحو
Eh toi le noctambule qui s’assoupit
Tu marmonnes ton serment et tu te réveilles
Si une plaie se ferme
Le souvenir en fera revivre la blessure
Alors apprends à oublier
Et apprends à effacer
يا حبيبي كلُّ شيءِ بقضاء
ما بأيدينا خُلقنا تَعساء
رُبما تجمعُنا أقدارُنا
ذات يومٍ بعد ما عزَّ اللقاء
فإذا أنكر خِلٌّ خِلَّهُ
وتلاقينا لقاءَ الغُرَباء
ومضى كُلٌّ إلى غايَتِهِ
لا تَقُلْ شئنا فإن الحظَّ شاء
Ô mon amour toute chose est liée au destin
Nous n’y pouvons rien et avons été créés faibles
Peut-être que nos destins nous réuniront
Un jour après la langueur
Si d’aventure les amoureux se renieront l’un l’autre
Et nous nous rencontrerions comme des étrangers
Et toute chose suivra son cours
Ne dis pas que nous l’avons voulu ,
ce n’est que le destin qui en a décidé. »

تعليقات

المشاركات الشائعة من هذه المدونة

الارقام من صفر الى الف بالفرنسية

تصريف افعال : être / avoir